1k

Le Verrou Vauban, composé de la citadelle de Blaye, du Fort Paté et du Fort Médoc, a été commandé par Louis XIV à Sébastien Vauban pour contrôler le passage de l’estuaire de la Gironde.

Triptyque défensif unique en France, le Verrou Vauban est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial par l’UNESCO depuis 2008 aux côtés de 11 autres sites réalisés par Vauban.

Les origines du Verrou Vauban

Au XVIIe siècle, Louis XIV demande à Vauban d’améliorer les fortifications existantes de la forteresse de Blaye pour protéger Bordeaux, située en amont de l’estuaire de la Gironde, sur la Garonne, mais également pour s’assurer de garder un œil sur la ville, propice aux rebellions contre le pouvoir royal.

Comme la portée de tir des canons à l’époque ne permet pas de couvrir les 3 km de large du fleuve et de bloquer le passage de l’ennemi vers la grande

Blason de Blaye - Verrou Vauban
Blason de Blaye

ville, Vauban construit deux autres forts. Grâce à Fort Pâté, à Fort Médoc et à l’amélioration des fortifications de Blaye, Vauban obtient des tirs croisés et empêche l’ennemi de se rendre jusqu’à Bordeaux. Le Verrou de l’estuaire est né, faisant de Blaye une véritable porte de l’estuaire contrôlée par le Roi. Historiquement, la devise de Blaye est d’ailleurs « Aquitaniæ stella clavisque », ce qui signifie « Etoile et clé de l’Aquitaine »…

La citadelle de Blaye, chef d’oeuvre de Vauban

Surplombant l’estuaire de la Gironde, la citadelle de Blaye est l’un des exemples les plus représentatifs du génie militaire de Vauban.

Au cours de son histoire, Blaye a de tout temps fait l’objet de nombreuses convoitises liées à sa place stratégique. Dans la seconde partie du XVIe siècle, pendant les guerres de religions, elle est en partie démantelée par les protestants. Début XVIIe, Louis XIII fait entreprendre la réparation des fortifications et dote la place d’un système défensif moderne. Il entame ainsi la mise en place d’un système de défense en bastionnement.

citadelle-blayeAu milieu du XVIIe siècle, pendant la Fronde, Blaye est la clé de Bordeaux et de toute l’Aquitaine. Une seconde campagne de travaux est alors entreprise, marquant la volonté du gouvernement de Louis XIV de transformer Blaye en une grande forteresse.

En octobre 1685, Vauban ayant constaté la vétusté et les faiblesses de l’ouvrage, il s’appuie sur les travaux déjà effectués et propose le tracé d’une nouvelle place plus ramassée, flanquée de quatre bastions, trois demi-lunes et deux portes. Pour la citadelle, les travaux débutent en 1686 et s’achèvent fin 1689.

La forteresse révèle un magnifique exemple d’adaptation du système de défense aux ouvrages existants. La citadelle, grâce à Vauban et à un programme de travaux de restauration initié par la ville de Blaye dans les années 1980, présente aujourd’hui un état de conservation d’une exceptionnelle qualité.

Le Fort Paté, cœur du Verrou Vauban

Posté sur l’île du même nom, le Fort Paté est un maillon indispensable du système de défense. L’idée de fermer le passage de l’estuaire est venue plusieurs fois à Claude de St-Simon, Gouverneur de Blaye, notamment pendant la Fronde. Le projet a été officialisé par Vauban en 1685 et sera réalisé sur place par François Ferry.

citadelleblayeunesco-fortpate-credit-blaye-tourisme-1-L’île Paté (Île de Blaye à l’époque), est encore en formation et se fait recouvrir par le fleuve à chaque marée. Ferry ceinture donc l’île d’une digue, et base la construction du fort sur un « grillage » de bois qui équilibre les forces et évite que l’édifice ne s’enfonce. De forme ovale, le fort Paté permet une surveillance de l’estuaire à 360°. La défense de l’estuaire est assurée par deux batteries d’artillerie, l’une au sommet du fort, la seconde, organisée autour de l’édifice et protégée par un glacis de courte largeur. Cette deuxième ligne est cependant inutilisable à partir de 1705, lorsque le fort s’est enfoncé de deux mètres dans le sol.

L’île a dû être renforcée une nouvelle fois en 1726 et 1730 après avoir perdu la moitié de sa superficie. Aujourd’hui, le fort Paté est une propriété privée et il n’est pas possible d’accoster en bateau. De nombreuses croisières s’en approchent néanmoins pour admirer l’édifice.

Fort Médoc

Établi sur la rive gauche de l’estuaire, face à l’île Paté, le fort Médoc est le dernier élément du Verrou Vauban. Sa mission était d’empêcher le passage des bateaux entre l’île et Cussac-en-Médoc en couvrant la distance par ses tirs de canon.

Construit entre 1689-1691, il est principalement composé d’une batterie dirigée vers l’estuaire. De forme carré, il est verrou vauban fort médoccomposé de quatre bastions reliés par des courtines. Pour éviter toute prise du fort à revers, l’imposante Porte Royale, côté Médoc est protégée par une demi-lune, é
lément défensif typique de Vauban.  Ce vaste ensemble est protégé grâce à un fossé inondable par des écluses, un chemin couvert, puis un avant fossé.

Le fort Médoc n’a jamais eu l’occasion de prouver son efficacité. Il n’a en effet jamais été attaqué, et s’est peu à peu vidé de son équipement et a été déserté par les soldats, avant d’être déclassé par l’armée en 1916. Il est devenu la propriété de la commune de Cussac en 1930 et fait aujourd’hui partie des sites de Vauban accessibles à la visite.

 

A partir de Blaye, la croisière Verrou Vauban classé UNESCO propose une visite des souterrains de la citadelle, l’approche de l’île Paté et la visite de fort Médoc d’avril à octobre le week-end. Pour les dates et les réservations 05 57 42 12 09 ou info@tourisme-blaye.com.

 

 

Emplacement

Ajouter au favoris