506

Dissimulée dans les petites rues de la ville, l’église néo-classique Saint-Romain de Blaye est  imposante, toute en pierres blanches. Cette discrétion dans le paysage urbain s’explique par son absence de clocher, justifiée par l’ancien statut de Blaye en  tant que place militaire.  

La construction de l’église Saint Romain a commencé en 1667, pour remplacer l’ancienne basilique rasée pendant la construction de la citadelle de Vauban. Elle sera définitivement achevée en 1890. En parcourant l‘église, on peut observer les vitraux en grisaille exécutés par le maître-verrier Dagran en 1890 et le chemin de croix sur toile du XIXe siècle.

L’église Saint Romain et ses œuvres

Elle est composée de six chapelles postées de part et d’autre d’une large nef et du chœur. Parmi les œuvres d’art que recèle l’église, on peut

trouver une chaire en acajou et plusieurs tableaux représentant Moïse et la Sainte-Famille.

église saint romain
Façade de l’église Saint Romain

Les deux pièces maîtresses sont l’orgue et un christ en bois du XVIIe siècle.

Les orgues ont été réalisées par l’organier Gaston Maille. Cet instrument de 1890 se distingue par un buffet de style néo-classique en bois de chêne. Restauré en 1957, puis en 1995, il est aujourd’hui inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Devant le buffet en bois brut était exposée une vierge en bois doré, les bras ouverts, montée sur un globe et qui date de la fin du XVIIIe siècle ou du début du XIXe siècle. Elle se trouve maintenant en avant du chœur.

Le christ en bois taillé dans une seule poutre est entouré de nombreuses légendes. Œuvre d’un mendiant bisaïeul du peintre Jean-Joseph Taillasson, sa création un moment donné a été attribué à Michel-Ange lui-même! Cette sculpture magnifique est évoquée dans l’Histoire de Blaye de l’Abbé Bellemer, parue en 1858:

 « Le ciseau de l’artiste a su, sur cette croix, écrire l’ineffable poème de la mort du Juste : le mystère de la Rédemption, le mystère insondable de l’amour infini, est là vivant devant nous : c’est le résumé éloquent, dramatique, de l’épopée chrétienne. »