2

De l’autre côté du trou dans lequel Alice tombe, il y a le monde imaginaire. Celui de Christine Le Berre est peuplé de personnages étranges et de surréalisme. Fascinant.
Interprétée par une danseuse, Alice est brinquebalée dans un espace flou à l’univers visuel très fort (même Tim Burton n’avait pas pensé à utiliser un sanglier pour interpréter la méchante reine de coeur !). Ses repères de petite fille sont confrontés à l’étrange, à l’absurde, au merveilleux et à l’inconnu de la vie.
Incontestablement, dans cette quête, Alice aura grandi… et nous aussi, riche des images et émotions ressenties. Un spectacle, inspiré du livre de Lewis Caroll, mêlant théâtre visuel, corps, objets et marionnettes aux confins de l’imaginaire et du poétique.

Visuel

Emplacement