3

Dans les oeuvres, nous découvrons comme la mémoire unitaire et fripée d’anciennes
blessures. La matière boursouflée et vieillie subit tous les outrages.
Elle s’organise dans des escalades impossibles et vertigineuses, dans des déplissages vulnérables, s’engobe farde la noirceur de la volupté des couleurs travaillées. Michel Savattier s’emploie alors à formuler des rencontres originales depuis les emplâtres farouches. Il développe pour nous une liturgie urbaine nostalgique où les remords violents et tardifs graffitent, arrachent et rainurent un univers en résurrection.

Vernissage le 10 juin à 11h30.

Visuel

Emplacement