675

Voyageur de passage à Blaye ; il est certaines spécialités qu’il serait dommage de bouder. Les vins de l’appellation Blaye Côtes de Bordeaux s’imposent comme une évidence, et les crevettes blanches de l’Estuaire de la Gironde gagnent à être connues.

Les « pralines ». L’évocation de ce simple mot devrait réveiller les papilles des gourmands, ceux qui craquent pour le sucre et le grignotage ! Explications.

Les pralines, bonbons historiques

De simples amandes cuites dans le sucre, pour un bonbon caramélisé et croquant à souhait. Inventées par le cuisinier du Duc de Choiseul, Comte de

pralines de blaye
Délices d’hier et d’aujourd’hui

Plessis-Praslin en 1649 lors d’un repas pour apaiser les Bordelais en insurrection contre le pouvoir royal, elles eurent un succès immédiat. Les pralines étaient nées, et ont contribué au succès du Duc auprès des dames. Après des années de bons et loyaux services, le cuisinier se retira à Montargis où il fit fortune avec son « bonbon le plus simple qui soit ». La célèbre praline n’est donc pas née là-bas, mais bien ici, à Blaye, où le Duc de Choiseul aurait établi son camp.

Les pralines, toujours d’actualité !

Aujourd’hui, des pâtissiers confiseurs perpétuent la tradition de la praline, cuite dans le sucre et tournée à la main. Et si la confiserie a perdu son «s » au fil des siècles, elle garde ses afficionados et sa place dans la vie Blayaise. On peut la trouver dans la plupart des pâtisseries en ville, comme à l’Office de Tourisme, au cœur de la Citadelle de Vauban.